Δ K Â L A T'OUVRE SES PORTES Δ

Partagez|

astrée dewilde Δ the sky burns red against my skin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar


minutes, tu peux aussi trouver que je ressemble à : josephine skriver Mon âme liée à celle de : noctis gabras, un voyou J'ai posté : 261 messages et je suis là depuis le : 02/08/2018
âge : 23
Astrée Dewilde
queen » lethal beauty
passe ta souris sur l'avatar !


MessageSujet: astrée dewilde Δ the sky burns red against my skin Mer 15 Aoû - 15:39

Astree Joy Dewildeâme privilégiée depuis 23 ans

« Le temps fuit, il s'échappe en morcelant la vie ; ah ! c'est toujours trop tôt que nous redemandons les heures pour en jouir mieux ! »


Nom : Les crépitements de ses pas réguliers sur le sable fusionnent avec le calme assourdissant de sa respiration. sa crinière blonde se mêle à la brise du vent. douce symphonie. l'air de la mer vient lui chatouiller délicatement les narines. elle sourit. c'est éblouissant. la liberté. dewilde. sauvage. libre. dieu qu'elle aimerait l'être. Prénom : être solaire issu de l'union de l'astre suprême et de l'astre lunaire. deux entités distinctes. deux mondes. un bonheur que peu ont la chance de seulement apprivoiser dans une vie. une amour destructeur, brouillon, mais pur comme la nuit et doux comme les rayons du soleil. Astrée, fille de zeus, cadeau du ciel pour les Hommes. elle répand la justice. doux nom que sa mère lui a légué. Age  : déjà vingt-trois gâteaux de princesse à sa collection la belle. vingt-trois bougies qu'elle a soufflé l'hiver dernier. vingt-trois années qui se sont aujourd'hui envolées. Date et lieu de naissance : il faisait froid dans les rues restées en suspens d’Amsterdam. décembre. l'astre solaire donne naissance à un éclat d'elle même dans l'un des hôpitaux les plus réputés de la ville. les premiers flocons de neige tombent à la fenêtre tandis que l'ange pousse son premier cri. parfaite harmonie. 05. le nombre de degrés qu'il faisait ce jour là, ou peut-être le jour qu'il était. sa mère aimait en rire. Statut : son père la voit mariée. somptueuse princesse qui se doit de devenir reine. Astrée voit les choses autrement. elle voit plus loin. plus loin que sa tour d'ivoire. plus loin que ses menottes de verre. encore plus loin que la mer elle-même. elle a le cœur libre la belle. Signe(s) distinctif(s) : ses iris émeraude. les mêmes que sa mère avaient. elle en est fière. Δ une cicatrice datant d'il y a quelques années à la chute de ses reins. brûlure qui a failli lui coûter la vie. jour où elle n'a pas pu sauver sa mère. souvenir amer. Groupe : bout de femme née avec une cuillère en argent dans la bouche. conversations alimentées de « ce n'est pas à toi de faire ça », « ton cours de piano à queue démarrera dans dix minutes » et de « tiens toi droite et cesses de rêvasser ». depuis toujours, astrée est considérée comme une privilégiée. bêtises. Tu connais ton TwinSoul ? : elle ne le connaît pas astrée. elle le ressent. dans chacune de ses fibres. la princesse côtoie le danger sans jamais s'en être approché. elle a déjà eu mal. monstrueusement. atrocement. elle a déjà éprouvé de la joie alors que rien n'allait. doux mystère. elle se demande si lui l'a senti. sa douleur. la brûlure. son chagrin. si ce qu'on raconte est vrai. si la vie d'une âme peut autant dépendre de celle d'une autre.



maquillage parfaitement réalisé. poudre généreusement étalée sur les chiffres qui singent son poignet. ce fichu compteur n’apporte que des problèmes et ça astrée le sait. rare sont les âmes qui arpentent les rues gravelées de kâlâ avec un tel nombre de minutes. sauf que la belle, elle n'est pas comme tous ces privilégiés apeurés. elle a soif d'aventure. (même si son bras la démange comme un véritable poids qu'elle se traîne chaque jour.) son père lui a interdit de sortir. pas si loin de sa tour de verre. tu n'es pas en sécurité là-bas. là-bas, c'est ce monde qu'il a en horreur. l'Erèbe. L'Agora. Même le Tartare. des âmes qu'il emploie pour faire le sale boulot, son sale boulot. la société dewilde. des milliers d'actions dans le monde. une simple couverture. ce que l'astre lunaire fait est bien plus sombre. il mutile les âmes. il souhaite comprendre... ce lien qui unit deux êtres diamétralement opposés. comprendre ce lien qui lui a coûté sa femme. La seule raison pour laquelle Astrée est en danger se trouve au sommet de cette tour. un homme blessé. un homme que beaucoup souhaiteraient voir mort. si seulement ils avaient idée de son identité. Astrée l'a compris il y a des mois déjà... mais elle se tait. il est tout ce qui lui reste. alors elle joue la privilégiée. elle vit et agit comme un parfait pion dans cette société manipulatrice et oppressante. elle ne manque pas un bal. pas une cérémonie. pas une occasion de n'être que l'ombre d'elle-même. la folie nous rend responsable d'actes terrifiants. astrée aime à croire que l'âme de son père n'est pas perdue à jamais.  


histoire




Δ Douze août 2008Amsterdam. L’étoile a treize-ans et déambule fièrement dans les rues de la ville de tous les possibles, un joli pendentif nacré autour du cou. C’est un présent. Sa mère et elle viennent de parcourir les boutiques pendant plus de trois heures à la recherche du cadeau parfait pour mon plus beau trésor. Il n’a rien coûté. Rien comparé à la richesse de la famille DeWilde… et ça n’a rien d’étonnant. Astrée est une rêveuse. Une étoile. La petite fille se perd tendrement dans le regard attendri de sa mère. Protection. Amour.  Doux sourires contagieux qui se transforment vite en éclats de rire. Les passants les imitent. Deux soleils. Avant la première goutte de pluie. Les rires continuent mais le pas est plus pressant. Rentrons avant d’être totalement trempées – glisse la plus âgée en tentant tant bien que mal de contrer l’attaque du ciel qui s’abat sur son enfant. hors du temps. les deux âmes courent à en perdre haleine sur plusieurs mètres avant de ralentir le pas. une simple averse. Des gouttes perlent sur les traits de porcelaine d’astrée qui n'a qu'une envie : rire de nouveau. Elle se tourne vers sa mère, restée quelques pas derrière elle, dont le visage semble s'être figé. que ? l'enfant se rapproche et attrape de ses doigts la main douce et frêle de sa mère. Ce n'est que de l'eau maman souffle-t-elle un sourire au coin des lèvres. de l'innocence à l'état pur. pourtant le vide dans les yeux quelques secondes plus tôt si expressifs. maman ? de l'inquiétude. justifiée cette inquiétude. les traits de sa mère se déforment en un rictus de douleur et en une fraction de seconde se met à s’époumoner... astrée se bouche les oreilles, soudainement brisée par les cris de folie de la possédée qui s'effondre sur le sol. à genoux. maman, qu'est-ce que tu as ? des cris de détresse d'une enfant qui voit sa mère souffrir le martyr, sans cause jusque là identifiée. une réponse. je dois le sauver. incompréhension totale. elle se lève et attrape les mains tremblantes de son étoile. pas un regard. juste une course effrénée qui commence dans les rues d'Amsterdam. elles ne rentrent pas chez elles, Astrée ne reconnaît aucune de ces maisons. maman, tu me fais peur ! elle pleure astrée. de toute son âme. elle se perd dans la folie douloureusement perceptible de sa mère qui ne lui laisse pas un moment pour souffler. je dois le sauver. elle répète mais astrée ne comprend toujours rien... jusqu'à cet instant où tout prend enfin forme. une maison en feu. des cris. des pleurs. une femme. mon mari ! il est encore à l'intérieur, aidez-le je vous en prie ! s'époumone-t-elle. le feu semble incontrôlable et des explosions viennent par moment caresser le visage paniqué de la jeune étoile. enfin un regard. ne bouge pas, mon ange. Astrée comprend. de son jeune âge, elle connait elle aussi cette sensation. les âmes jumelles. les larmes s'intensifient sur son visage. Non, non ! Maman ! Trop tard. La femme qui l'a mise au monde s'est déjà élancée à corps perdu dans le bâtiment en flamme. elle entreprend de la suivre. elle y parvient même sur quelques mètres. le feu lui brûle la peau. une douleur atroce lui transperce l'âme. maman... elle se sent défaillir... la fumée s'introduit sournoisement dans ses poumons... c'est terminé. tout est terminé. la belle se réveille à l'hôpital d’Amsterdam quelques jours plus tard, le bas du dos brûlé et une partie de son âme qui s'était envolée.  

Δ Treize septembre 2013Kâlâ. L’étoile a dix-huit ans. toujours ce même pendentif autour du cou mais les traits d’une femme désormais adulte. quatre ans aujourd’hui que son père et elle ont débarqué à Kâlâ, la cité du temps. monsieur dewilde n’est plus que l’ombre de lui-même. la perte de sa femme l’a plongé dans la folie. sournoisement. petit à petit. seule sa fille parvient parfois à apaiser ses maux. le temps d'un instant. c’est d'ailleurs pour elle qu’il a acheté cette maison. bâtisse blanche immaculée dotée d’une vue spectaculaire sur la mer. la mer Égée. l'odeur du sel qui vient chaque matin lui chatouiller les narines et l'air marin lui caresser délicatement les pieds. il a crée un paradis artificiel où il souhaite la préserver. l'enfermer. DeWilde Society est une entreprise florissante. Le patriarche a toujours cherché à garder ses actions et s'est perdu corps et âme dans l'élaboration d'appareils ayant une influence majeure sur la vie de la société actuelle. Du moins, c'est comme ça qu'il l'a toujours vendu. La vérité est toute autre.

Δ Cinq décembre  2016 ►La belle étoile fête ses vingt-deux bougies et sa huitième année de captivité. elle étouffe la belle. son quotidien l'ennui. elle n'a qu'une envie, s'évader. Les robes de princesse la dégoûtent, la nourriture la débecte, elle n'a aucun goût. Fade. Sans saveur. Le compteur sur son bras affiche toujours la peine maximale. Une infinité à errer sur cette terre sans but. Pire que la prison. Une tour de verre. Un paradis artificiel qui autrefois l'avait aidé à oublier la perte de sa belle étoile et qui aujourd'hui avait comme effet de lui briser chaque jour un peu plus les ailes. alors elle s'évade la princesse. elle utilise la moindre occasion pour pousser un peu plus loin les frontières de la ville. elle sort. elle oublie. sur la piste de danse. dans les bras d'un inconnu. elle oublie le temps de quelques instants à quel point cette société est injuste. à quel point elle s'est assise sur ses idéaux avec le temps. à quel point elle a oublié de penser à elle. à quel point son patriarche maudit l'a étouffée, aveuglé par son propre chagrin. le cœur de monsieur dewilde s'est noircit avec le temps. elle ne pourrait pas dire ce que ça a pu engendrer mais quelque chose semble différent. alors elle les souffle ses bougies la belle, rêvant de ressentir à nouveau. de vivre à nouveau.
 
Δ Quatorze janvier 2018 ► Soirée en l'honneur de l'entreprise. La belle n'a pas envie de faire semblant. Pas ce soir. Alors elle s'éclipse de l'étage de la fête pour rejoindre l'ascenseur. Elle s'apprête à rejoindre le rez-de-chaussée quand un cri strident vient lui transpercer l'âme. Des années en arrière. Sa mère qui s'effondre sur les graviers trempés. Le sang lui tape contre les tempes. Elle respire bruyamment et finit par s’asseoir tant bien que mal avec sa robe de soirée encombrante. de nouveau un cri. ce n'est pas dans sa tête. pas cette fois. grande inspiration et l'étoile presse le bouton accès réservé. A sa grande surprise un boitier sort du mur de l'ascenseur. elle fronce les sourcils et dépose sa main de manière presque automatique sur le cadran. Dewilde, accès autorisé. Elle se recule d'un pas Astrée. elle ne se souvient pas le nombre de fois où elle s'est retrouvée dans cet ascenseur avant... La boite en métal se remet en marche. Vers le bas. Tout droit vers les enfers. Il fait froid. Sa robe ne la couvre que partiellement. sois belle. Plus les étages défilent et plus la chaire de poule s'empare de la jeune femme. un nouveau cri. elle porte ses mains à ses oreilles. son cœur qui tambourine contre sa poitrine. l'ambiance change du tout au tout. boom. l'ascenseur s'arrête en un bruit sourd. Les portes s'ouvrent et elle sort la demoiselle. il y a une époque, jamais elle n'aurait osé, sauf qu'elle est devenue plus téméraire avec le temps. le contact avec l'extérieur l'a endurci. Elle frotte ses bras pour contrer les effets du froid et emprunte des couleurs qu'elle n'a encore jamais parcouru auparavant. Cri strident. C'est tout prêt. L'astre prend son courage à deux mains et se rapproche de la source. oh mon dieu. elle porte ses mains à ses lèvres. quelle horreur. une dizaine de personnes, peut-être plus. toutes ligotées. toutes allongées. des dizaines de seringues piquées sur le corps. des hématomes. des coupures. la jeune femme sent sa respiration s'accélérer. elle ne comprend pas. qui sont ces gens ? ces âmes torturées qui ont l'air de souffrir le martyr ? comme sa mère autrefois. Il y a quelqu'un ?  entend-elle soudainement derrière elle. merde. elle doit prendre la fuite. elle doit partir, avant qu'il ne soit trop tard. elle jette un dernier regard vers ses âmes, les larmes aux yeux et se met à courir aussi vite qu'elle le peut, comme ce jour là sous la pluie. aujourd'hui aucun rayon de soleil à l'horizon. c'est une fois dans l'ascenseur qu'elle s'effondre. elle ne veut pas comprendre. pourtant elle sait. ce truc qui a changé dans le cœur de son père : la folie s'est emparée de lui.

Comment tu t’appelles ? eleiyana tu as quel âge ? twenty two Nice ! Et comment t'es arrivé ici ?c'est mon bébé (en collaboration avec des chatons ) T'es courageux ! T'as pas peur qu'on te mange ? oui j'attends que ça de me faire manger.    ce forum a de beaux jours devant lui, j'y crois dur comme fer. je l'aime d'amour. et du coup vous aussi j'vous aime d'amour.  

Réserver mon avatar
joséphine skriver 々astrée dewilde



Dernière édition par Astrée Dewilde le Jeu 16 Aoû - 11:03, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


J'ai posté : 66 messages et je suis là depuis le : 02/08/2018
Le Maître du temps
king » i know you
passe ta souris sur l'avatar !


MessageSujet: Re: astrée dewilde Δ the sky burns red against my skin Mer 15 Aoû - 22:07



Te voilà officiellement validé  

T'es un champion si si j'te jure ! Bienvenue à Kâlâ petite muchacho. Alors, comme toujours il y a des petites choses à faire sinon c'est pas drôle. On te remercie d'avance de venir vérifier si ton avatar à bien été recensé ici et si ce n'est pas le cas, pas de panique, un petit message et hop, ton super staff sera là pour récupéré cette bourde. Ensuite, tu peux t'inscrire à Pôle Emplois ou si t'es courageux simplement nous dires quel est ton métier on aime savoir. Tu pourras trouver des amis ou pas en créant ta fiche de lien dans cette catégorie et faire tes demandes de sujets ici. Grâce à tes minutes, tu auras de quoi dépenser dans la boutique et acheter tes privilèges. Amuse toi bien, soit le bienvenu et puis ... tic tac ... fais gaffe t'as déjà perdu deux minutes à lire ceci  kermit .
Me voilà chaton. Quelle histoire déchirante, cette jeune femme qui n’a plus que ses yeux pour pleurer maintenant qu’elle n’a pratiquement plus rien, mais peut-être plus pour longtemps. Attention de ne pas trop se brûler dans cet enfer avec un si joli visage. Il faudra bien s’entourer pour ne pas que ça arrive. J’adore cette fiche !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://twinsoulonetime.forumactif.com

astrée dewilde Δ the sky burns red against my skin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Calixte Astrémille [Validée]
» FIRE BURNS ~ ft. jackie
» (F) April L. Burns • ça va swinger!
» Un doux repos au zoo... avec un lion. (PV Cara Blackbird et Evan Burns)
» Evan Burns/le Dark Men, deux en un

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twin Soul One Time :: εξοικειωθείτε ; faisons connaissance :: Les papiers d'identités :: Bienvenue à Kâlâ-