Δ K Â L A T'OUVRE SES PORTES Δ

Partagez|

i need you right now • (louka&astrée) fb

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar


minutes, tu peux aussi trouver que je ressemble à : josephine skriver Mon âme liée à celle de : noctis gabras, un voyou J'ai posté : 261 messages et je suis là depuis le : 02/08/2018
âge : 23
Astrée Dewilde
queen » lethal beauty
passe ta souris sur l'avatar !


MessageSujet: i need you right now • (louka&astrée) fb Sam 8 Sep - 23:18

Automne 2013. Si stupide. Si Humiliée. Tes cheveux sont réunis en un chignon coiffé/décoiffé dont toi seule à le secret. Tes yeux sont encore bien fatigués. Nuit agitée. Pourtant, pas de maquillage aujourd’hui. Pure futilité. Tu ne prends pas le temps. T’as juste envie de le voir. Tu enfiles une blouse choisie au hasard dans ton immense dressing et claques la porte de ta chambre. Tu te sens sale. Tu montes les marches qui te séparent du bureau de ton père. Vide. Comme d’habitude. Tant pis. Tu regardes ta montre, c’est vrai qu’il est tôt. Tu hausses les épaules et te faufiles jusqu’à la porte d’entrée. Une voiture t’attend devant mais tu la renvois d’un revers main. Merci, je vais y aller à pied – tu n’es pas si expéditive habituellement mais ton humeur est réellement massacrante ce matin et tu ne préfères pas t’éterniser. Louka, j’ai besoin de toi. T’as toujours besoin de lui mais aujourd’hui, bien plus encore. Tu ne te sens pas belle. Tu te sens bafouée et t’as besoin de le sentir contre toi. Tu n’as jamais marché aussi vite pour rejoindre la maison des Di Pasquale. Tu ne frappes pas et entres comme à ton habitude sans demander ton dû. Aucun des habitants de cette maison n’est jamais surpris de te voir débarquer, quelle que soit l’heure. Tout le monde connaît le lien que vous unit. Heureusement, tu ne croises personne. Vu l’heure ce n’est pas vraiment surprenant. Tu te faufiles dans les couloirs de la bâtisse jusqu’à la chambre de ta marmotte. Tu entres dans l’obscurité oppressante de la pièce. Le fait de simplement sentir sa présence te rassure et te fait aller mieux, presque instantanément. Louka – chuchotes-tu plus pour le prévenir que pour réellement le réveiller. – Tu auras au moins cette excuse si tu lui fais peur – Tu t’approches du lit et te glisses sous la couette à ses côtés. Tu prends toute la place – grommelles-tu au contact du corps chaud mais réconfortant de l’italien. Tes yeux commencent à s’adapter à l’obscurité et les traits de ton ange apparaissent enfin. Tu souris. Courte nuit pour lui aussi à cause de toi. Tu passes tes doigts dans ses quelques mèches rebelles pour l’inviter à se réveiller doucement. Ça t’apaise… mais tu n’oublies pas pourquoi tu es là. Cette soirée de l’horreur. Cela fait (faisait) deux mois maintenant que tu côtoies (côtoyais ?) ce gars. Un privilégié. Il a été attentionné. Tu t’es juste laissée aller. Tu savais que t’allais le regretter. Après tout ton cœur n’a jamais battu pour lui. C’était un signe plutôt explicite. Ton palpitant appartient déjà à quelqu’un d’autre (même si tu ne l’avoueras jamais.) Les hommes craignent – souffles-tu en continuant de jouer avec les cheveux de l’italien. On dirait une enfant. Tu es son enfant gâtée. Tu poses ta tête contre son épaule. Le contact de sa peau est agréable, bien trop agréable. son odeur. Je peux dormir un peu près de toi ? Douce innocence. Tu veux oublier. Tu n’as pas voulu t’offrir à cet homme. Il a pourtant essayé. C’est sans doute pour ça que tu te sens si sale. Ta main s’est abattue avec violence sur sa joue mais ça n’a pas suffi à ce que tu te sentes mieux. Tu t’es échappée pour rentrer, mais impossible de dormir. Avec Louka à tes côtés, t’es persuadée que tu pourras y arriver. C’est quelque part égoïste mais ce contrat entre vous est clair : je ne t’abandonnerais jamais. Tu as besoin de lui, de te perdre près de lui, cet homme à la fois si proche et si interdit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


minutes, tu peux aussi trouver que je ressemble à : toni mahfud Mon âme liée à celle de : d'un garçon décédé qui m'obsède toujours J'ai posté : 50 messages et je suis là depuis le : 29/08/2018
Louka Di Pasquale
king » what about ohana
passe ta souris sur l'avatar !


MessageSujet: Re: i need you right now • (louka&astrée) fb Lun 10 Sep - 17:43


Nuit longue. Éprouvante. Tu ne voulais pas rentrer seul, mais pourtant, tu n’as pas eu le coeur de ramener la jolie brune avec qui tu as passé la soirée, ton esprit trop tourné vers ton étoile qui avait disparut en cours de route, déjà accompagnée, probablement occupée. T’en es malade. Une pression à tes côtés, quelques mots marmonnés, sa chaleur. Astrée fait comme chez elle, c’est un peu ça en réalité, elle fait partie des meubles. C’est comme si tes parents avaient trois enfants avec elle. Tu prends toute la place, machinalement tu recules pour qu'elle se glisse contre toi, sans même réellement t’en rendre compte. Sa simple présence t’apaise, t’es bien quand elle est là et même si tu es toujours en compagnie de Morphée, tu entends qu’elle parle, tu places un bras autour de ses épaules tout en l’attirant contre toi.  Viens-là principessa, dors, les yeux toujours clos par le sommeil, tu poses un baiser sur ses cheveux. T’es mort de fatigue, tu as besoin de dormir et avec elle dans tes bras, ça n’est que mieux.

Deux ou trois heures sont passées peut-être depuis que ta meilleure amie s’est glissée dans ton lit, tu es réveillé et tu la regardes dormir avec un sourire sur les lèvres. Elle aussi semblait avoir besoin de sommeil, mais vu l’heure tardive il est temps d’au moins émerger, buongiorno  tesoro. Du bout des doigts tu replaces quelques mèches sur la belle endormie, t’as toujours cette frustration, cette boule au ventre qui refuse de s’en aller quand tu la regardes, parce que tu rêves de plus ;  de mieux, pour elle, pour toi. Tu rêves au pluriel quand il est question d’elle, pauvre fou, t’avoueras jamais ta faiblesse, parce que tu refuses de la perdre ta précieuse princesse. Tu l’observes se réveiller en douceur, les rayons du soleil passant par la persienne, tu déposes un baiser sur son front avec un léger sourire toujours accroché au coin des lèvres. Bien dormi ? Les mots qu’elle a murmuré en entrant dans ton lit ne sont pas sortit de ton esprit, les hommes craignent, il faudra en parler à un moment où un autre, mais pour l’instant tu veux profiter de sa chaleur, de sa douceur, alors tu te contentes de la serrer contre toi, la respiration calme et apaisée, peut-être plus pour très longtemps en fonction de ce qu’elle va te raconter. Il y a de l’animation au rez-de-chaussée de la villa, tu entends tes parents, ton frère doit toujours être dans sa chambre aussi. Lentement tu fais glisser le drap sur ses épaules tout en frôlant ses côtes dans un prémices de chatouilles, t’adore l’embêter, mais pas maintenant, là tu ne fais que frôler son corps délicat, tu te fais du mal mon grand !



★★★

broken soul
the sirens were dangerous creatures, who lured nearby sailors with their enchanting music and voices to shipwreck on the rocky coast of their island

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


minutes, tu peux aussi trouver que je ressemble à : josephine skriver Mon âme liée à celle de : noctis gabras, un voyou J'ai posté : 261 messages et je suis là depuis le : 02/08/2018
âge : 23
Astrée Dewilde
queen » lethal beauty
passe ta souris sur l'avatar !


MessageSujet: Re: i need you right now • (louka&astrée) fb Jeu 13 Sep - 19:21

Pas plus de quelques secondes, c’est le temps qu’il a fallu pour que tu retrouves la paix. Sa simple présence près de toi a suffi pour que tu rejoignes le pays des rêves en un rien de temps. Sa douceur. Éternelle douceur. principessa. Tu as rêvé pendant ces quelques heures. Tu t’es souvenu en vérité, de votre rencontre. Salut, je m’appelle Louka. Ta mère venait de disparaître et ton père ne l’a jamais supporté. Tu te sentais seule. Vide. Tu as débarqué dans une vie que tu n’avais jamais appréhendée avant. Des bals. Des cérémonies. La simplicité de ta mère te manquait atrocement mais heureusement, il était là. Ton regard apeuré a vite plongé dans ses iris affectueux. Il t’a approché et son aura t’a bousculé. Pur. Solaire. Tu as su à cet instant que ton destin était lié au sien, quel qu’en soit l’issu. Précieux souvenir. buongiorno tesoro. La voix de l’italien s’immisce sournoisement dans ton rêve et tu vois le garçon que tu as connu s’éloigner et l’homme qu’il est devenu apparaître. hm bonjour.  Tu sens ses doigts délicats replacer les mèches certainement en bataille de tes cheveux. Tu ne sais pas bien à quoi tu peux ressembler mais tu t’en fiches. Tu finis par ouvrir les yeux doucement. Tu es accueillie avec un sourire, que tu adores, dans la réalité. hm. Il t’a réveillé mais tu n’as aucune envie de quitter ce cocon dans lequel tu t’es glissé. Pas maintenant et surtout pas alors que ses lèvres caressent ton front comme il a si souvent l’habitude de le faire. Signe de son éternelle protection et de votre lien indéfectible. Bien dormi ? Tu t’étires comme un petit chat au réveil et viens blottir ton visage contre son torse. hm oui, mais viens on reste là toute la journée – souffles-tu envoûtée par la chaleur de son corps. Ce que tu aimerais. Ne plus penser à rien. Que les choses qui ont obscurci ton ciel s’évaporent. Ce n’est pas si facile. Tu entends Du bruit venant du rez-de chaussez. Avant que tu n’aies le temps de le faire, Louka couvre ton corps doucement vêtu. Au passage, sa main passe délicatement sur tes courbes. Un frisson te parcourt mais tu tentes de ne rien laisser paraître. Il est ton ami. Ton meilleur ami. L’une des personnes les plus chères à ton cœur. Contrôle tes hormones dewilde et ses putains de battements de cœur. Tu te redresses sur le lit levant la couverture par la même occasion (et découvrant les gambettes de l’italien au passage) et te tournant vers lui, inquisitrice. Qu’est-devenue la belle brune, bourreau des cœurs ? Qu’est-ce que ça fait mal de le dire à voix haute. Tu souris. Tu lui dois de sourire, d’être à l’écoute. Tu veux qu’il soit heureux. (avec toi) Tu attrapes un oreiller et lui jettes gentiment au visage. Enfin, heureusement pour moi. J’ai pu réchauffer mes petits pieds. Tu dégages une chaleur hallucinante mio gattino – lances-tu amusée. Tu as réussi à tenir quelques mots depuis que tu connais le bel italien. Mon chaton. Tu profites d’attendre sa réponse pour te lever et attraper le jean que tu avais laissé glisser sur le sol.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


minutes, tu peux aussi trouver que je ressemble à : toni mahfud Mon âme liée à celle de : d'un garçon décédé qui m'obsède toujours J'ai posté : 50 messages et je suis là depuis le : 29/08/2018
Louka Di Pasquale
king » what about ohana
passe ta souris sur l'avatar !


MessageSujet: Re: i need you right now • (louka&astrée) fb Dim 16 Sep - 17:26


La belle endormie est dans tes bras, ta respiration se calque sur le rythme calme de la sienne, brise légère sur ta nuque. Agréable caresse. Tu ne t'en lasses pas. Jamais. Sa peau couleur miel est caressée par les rayons de soleil qui passent par la fenêtre, tu pourrais l'observer des heures, elle semble si paisible, calme, mais pourtant tu la réveilles du bout des doigts. Petit chat qui ronronne et s'étire sous tes draps, ton sourire s'élargit quand elle se blottit contre toi pour continuer sa nuit, elle suggère que vous restiez comme ça toute la journée. Tu me tentes, mais c'est pas sérieux, même si tu n'as pas envie d'être sérieux, tu voudrais aussi rester avec elle, qu'elle soit dans tes bras, tu voudrais profiter de l'odeur de ses cheveux quand ils caressent ton visage, de la chaleur de sa peau contre la tienne. La belle se redresse tout en enlevant le drap et en découvrant ton corps nu à l'exception du boxer avec lequel tu dors. Tu grognes un peu en te tournant quand elle parle de la brune, y'en aura jamais une comme elle, c'est pas que tu cherches, tu le sais.  Une écervelée, elle m'a gavé, tu passes le bras derrière ta tête avant de reprendre c'est pas impossible qu'elle soit dans la chambre de lio, elle semblait être à son goût dis-tu en ricanant, ton frère ce Don Juan ne se vexe pas quand une femme éconduite par toi se tourne vers lui, il est plutôt profiteur l'aîné. Tu évites de justesse le coussin qu'elle te lance en riant c'est pour ça que tu aimes te faufiler dans mon lit, tesoro, la malice dans le regard autant que dans la voix, tu la regardes défiler dans ta chambre et ça non plus tu ne t'en lasses pas. Comment pourrais-tu ? T'es conscient qu'il y'a plus que de l'amitié dans ce que tu ressens pour elle, depuis longtemps déjà, elle est ton soleil, tu gravites autour d'elle, dans sa vie, elle est l'essence de la tienne. Elle est tellement belle, mais ce n'est pas de sa beauté que tu es tombé amoureux, c'est de son esprit, de sa gentillesse, de ce regard a la fois curieux et déterminé, c'est cette petite fille perdue autant que cette jeune femme conquérante. C'est elle en entier. Tu aimes ce qu'elle est, autant que ce qu'elle représente. Jolie culotte. Depuis le temps, tu as appris à laisser tes sentiments enfuis, t'es son ami, le meilleur, tu as cet honneur, alors tu te conduis en tant que tel. Tu la taquines comme tu le fais depuis toujours avant de te lever à ton tour pour récupérer un tee-shirt qui traîne au sol, de même qu'un short assorti. Habitué, ton corps cherche son étoile, tes bras venant entourer son corps fragile, ton torse contre son dos, la mine un peu plus sérieuse, tu poses ton menton sur son épaule, caressant sa joue du bout du nez avec un léger sourire complice tu m'expliques pourquoi les hommes sont nuls ? Si je dois tuer quelqu'un, j'aimerais le savoir Tu ne voudrais pas apprendre qu'elle a souffert ou qu'un homme a posé une main trop audacieuse sur elle. C'est déjà arrivé par le passé que tu te battes pour elle, tu sais que tant que tu auras un souffle de vie rien ne t'empêchera de la soutenir, de la protéger, et d'éventuellement casser des gueules s'il le faut.


★★★

broken soul
the sirens were dangerous creatures, who lured nearby sailors with their enchanting music and voices to shipwreck on the rocky coast of their island

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


minutes, tu peux aussi trouver que je ressemble à : josephine skriver Mon âme liée à celle de : noctis gabras, un voyou J'ai posté : 261 messages et je suis là depuis le : 02/08/2018
âge : 23
Astrée Dewilde
queen » lethal beauty
passe ta souris sur l'avatar !


MessageSujet: Re: i need you right now • (louka&astrée) fb Dim 16 Sep - 23:12

tu me tentes mais c'est pas sérieux. moue boudeuse. tu voudrais rester ici, encore un peu, contre la chaleur de son corps. écouter ses battements de coeur. les entendre s'accélérer quelques fois, sans en comprendre la signification. mais toutes les bonnes choses ont une fin. tu te redresses et l'interroges (plus pour avoir des informations que par véritable plaisir) à propos de la brune avec qui tu l'as aperçue la nuit dernière. tom tenait absolument à ce que vous vous éclipsiez mais tu n'as pas manqué le regard que la poupée posait sur louka. ton louka. comme toujours, tu lui as souris et t'es envolée, tentant en vain de ne pas imaginer sa peau contre celle d'une autre. elle est à toi. tu te l'aies appropriée. cette peau est celle contre laquelle tu viens te glisser des nuits comme celle-ci, où quelque chose ne va, où tu as simplement envie de le sentir contre toi. elle est à toi, n'est-ce pas ? une écervelée, elle m'a gavé. tu souris. t'es soulagée. il mérite tellement mieux que ses filles. son coeur est si pur. c'est pas impossible qu'elle soit dans la chambre de lio, elle semblait être à son goût. tu pouffes. Cite moi une fille qui n'est pas du goût de ton frère. Je te promets de te masser les pieds pendant un mois si tu arrives à en trouver ne serait-ce qu'une seule. Si tu sais que Louka prendra certainement ça comme un défi, tu ne te fais pas vraiment de souci : celio aime les femmes et ne s'en cachent pas. toutes les femmes. sans exception. c'est pour ça que tu aimes te faufiler dans mon lit, tesoro. Tesoro. Ce mot te provoque chaque fois un délicieux frisson dans la nuque. C'est indécent. si seulement... dewilde, retire-toi ça de la tête. Tu te concentres à nouveau sur ton ami. La malice dans ses yeux te fait sourire. Tu lèves les yeux au ciel et attrapes ton jean étalé sur le sol. Jolie culotte. Tu souris, malicieusement et jettes ton bas sur le lit. Tu poses ensuite tes deux mains sur tes hanches et entames la traversée de la chambre en mode mannequin des défilés, tu t'arrêtes devant la glace et te dandines outrageusement, hilare. Vous avez du goût monsieur, c'est la dernière collection. - lances-tu en lui offrant un clin d’œil à travers le miroir. Tu ne changerais ces moments pour rien au monde et encore moins celui qui va suivre. L'italien s'habille (à ton grand désarroi) et s'approche de toi comme si vos deux corps étaient aimantés, incapables de se trouver à plus de quelques mètres l'un de l'autre trop longtemps. tu retrouves cette chaleur alléchante et profites de chaque parcelle de son corps collée au tien. son souffle dans ton cou. un délice auquel tu aimes avoir le droit. tu le regardes dans le miroir et poses ta main sur sa joue en une douce caresse. tu m'expliques pourquoi les hommes sont nuls ? Il t'a entendu. Tu grimaces. Tu avais oublié cette histoire. T'étais pourtant bien dans ta bulle. Tu attrapes les bras de ton protecteur et les dessers pour parvenir à lui faire face. Tu passes tes bras autour de son cou et te hisses sur la pointe des pieds. Tes lèvres viennent se déposer sur sa joue délicatement. Tu dois rester calme Ok ? Tu n'attends pas qu'il hoche la tête, le connaissant tu sais qu'à la minute où tu lui expliqueras il verra rouge. Je te la fais courte. Tom souhaitait qu'on passe à la vitesse supérieure. Nouveau baiser sur sa joue. Je n'en avais aucune envie (surtout après t'avoir vu avec elle) et visiblement ça ne lui a pas plu. Tu lâches un léger rire. nerveux. tu ne veux pas montrer à Louka à quel point cette histoire t'a impacté. Tu te dois de rester son rayon de soleil à jamais. Je l'ai giflé et j'ai juste pris la fuite. Pas plus de détail, c'est bien plus qu'il n'en faut. Les mains graveleuses de tom sur ton corps. celles que tu as réussi à dégager. tu ne dois pas en dire plus. tu invites ton meilleur ami à poser son front sur le tien. tout va bien. je vais bien. je n'aurais pas du en faire toute une affaire d'état.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


minutes, tu peux aussi trouver que je ressemble à : toni mahfud Mon âme liée à celle de : d'un garçon décédé qui m'obsède toujours J'ai posté : 50 messages et je suis là depuis le : 29/08/2018
Louka Di Pasquale
king » what about ohana
passe ta souris sur l'avatar !


MessageSujet: Re: i need you right now • (louka&astrée) fb Lun 17 Sep - 23:26


Pas cette moue, t’as pas envie de la laisser filer quand elle fait cette tête là. Elle est craquante quand elle boude. Elle est toujours craquante. Astrée, te connaît, elle connaît également ton frère et son goût pour les jolies demoiselles. Tu ris avec elle en réfléchissant un instant, levant ensuite un sourcil y’en a au moins une qui ne l’intéresse pas… toi, principessa réponds-tu malicieux. Elle est la troisième enfant de la famille, une sœur pour vous, pour lui plus que toi, mais il sait également qu’elle compte bien trop à tes yeux. Ce code sacré de frère qui empêche l’un de s’approcher d’une fille qui intéresse l’autre. Tu sais que jamais il ne posera un regard autre que fraternel sur Astrée. Joueur, tu agites tes pieds tel Gaston devant Belle, mes pieds seront ravis que tu honores tes paroles, bella ! Tu te marres en lui tirant la langue. Rien de bien sérieux jusqu’à présent, mais … elle fait quoi? Voilà qu’elle défile en culotte, charmant le miroir devant lequel elle s’arrête, autant que toi d’ailleurs. Ton regard balaie son corps, comme est-ce possible d’être aussi belle ? Difficilement, tu avales ta salive avant de reprendre le contrôle de tes pensées qui se tourne vers une chose bien moins agréable que les courbes harmonieuse de ta belle étoile. Tu dois rester calme, ok? Cette phrase. C’est plus fort que toi, ton corps entier se tend, l’électricité commence à parcourir tes muscles alors que tu ignores encore pourquoi tu dois rester calme, mais tu sais que c’est peine perdue. Elle ne devait pas commencer sa phrase comme ça. Tu l’écoutes et ton sang bouillonne, je l’ai jamais aimé ce petit con grognes-tu alors qu’elle embrasse ta joue, délicatement, ça ne t’apaise pas, que du contraire. Elle continue. Son rire nerveux ne te trompe pas, comment est-ce qu’elle pensait pouvoir le faire ? Tu te fais des idées. Les images affluent dans ton esprit et ça ne te plaît pas du tout, la tête de rat de ce connard de Tom, ses mains baladeuses, t’es en rogne là, si jamais il apparaissait devant toi, tu lui foutrais une raclée à ce petit con. Comment est-ce qu’il a osé ? Son front sur le tien n’arrive pas à t’apaiser. Tu lèves les yeux vers le plafond de ta chambre, les bras le long de ton corps, poings serrés. C’est pas commun cette rage, tu supportes pas les images qui affluent devant tes yeux, elle n’aurait pas dû le suivre, tu aurais dû resté avec elle, mais tu ne peux pas rester à ses côtés jusqu’à la fin du monde, elle va faire sa vie, mais pas avec des petits cons. La mâchoire toujours serrée, tu relèves la main jusqu’à son visage, tentant de sourire, c’est pas une affaire d’état, tesoro, c’est juste une affaire qui ne me plaît pas tu vois... Un soupire long s’échappe de tes lèvres avant que tes lèvres se posent sur son front. Elle est ta précieuse, personne n’a le droit de lui faire du mal, ni même de la toucher d’ailleurs. Tu attires la jolie dans tes bras, la serrant contre toi, dis-moi,… il a voulu te forcer ? Pour la survie de ce connard, dis-moi que non. Quelques pas en arrière, tu bascules sur ton lit, la belle demoiselle toujours dans tes bras, ton regard plongé dans le sien, tu voudrais lui dire qu’elle ne risque rien, que tu seras toujours là, tu voudrais aussi sourire, mais t’en es incapable bien trop préoccupé par ses propos. Machinalement, tes doigts caressent son dos, tu tentes de te calmer, parce qu’elle n’a pas besoin de voir que ça t’atteint autant, elle ne comprendrait pas, toi même tu n’arrives pas à rationalisé, après tout, c’était son petit ami, c’est une chose normale, sauf qu’elle ne le voulait pas et ça fait toute la différence.


★★★

broken soul
the sirens were dangerous creatures, who lured nearby sailors with their enchanting music and voices to shipwreck on the rocky coast of their island

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


minutes, tu peux aussi trouver que je ressemble à : josephine skriver Mon âme liée à celle de : noctis gabras, un voyou J'ai posté : 261 messages et je suis là depuis le : 02/08/2018
âge : 23
Astrée Dewilde
queen » lethal beauty
passe ta souris sur l'avatar !


MessageSujet: Re: i need you right now • (louka&astrée) fb Dim 23 Sep - 18:12

ambiance tout à coup moins infantine. les rires s'estompent. la chaleur de ses iris implose. les souvenirs de la nuit dernière te reviennent en mémoire et c'est ton corps tout entier que tu implores de ne pas flancher. Tu vas bien. Tu dois t'en convaincre sinon comment pourrais-tu le convaincre, lui ? Son regard te transperce et lit en toi comme un véritable livre ouvert. Il te connaît. Il panse chacune de tes blessures, apaise chacun de tes maux. Il te connaît mieux que quiconque, mieux que toi. tu ne peux pas lui cacher la vérité. courage. vos corps sont étroitement proches. tu cherches le contact, pour te donner la force et surtout pour tenter de calmer les pulsions irréfléchies qui pourront ressortir de cette conversation. Tu es maladroite. Calme. Les mots sont mal choisis et pour cause, ça te terrifie d'avoir à lui en parler. Ton ange gardien. Les trais de sa mâchoire se crispe, comme chaque fois. instinct primaire. tes lèvres se déposent sur cette dernière, sans aucun effet. tu t'y es mal pris et tu as lancé la machine. sourire de façade qui se dessine sur tes traits. tu veux y mettre toute la bonne volonté du monde mais tu sais qu'il ne se laissera pas prendre. tu continues ton récit. je l’ai jamais aimé ce petit con. Tu sais. Aucun garçon ne trouve grâce à ses yeux et ce ne sera sans doute jamais le cas. protecteur. exigeant. partant du principe que si ton destin a croisé le sien c'est pour que vous puissiez veiller l'un sur l'autre. ce n'est que ça ? tu aimerais que ce soit plus. trésor. Tu cherches à le ramener vers toi. Tu veux l'éloigner des souvenirs imagés de cette soirée. reste avec moi. tu luttes pour le moindre contact. tu le sens à la fois réceptif et profondément borné. tu es ma force, ne m'abandonne pas. Ses bras tombent le long de son corps. ne me lâches pas. tu viens te blottir un peu plus contre lui cherchant à le forcer à te regarder dans les yeux. ce qu'il finit par faire. enfin. sourire forcé et sa main qui caresse délicatement ta joue. tu fermes les yeux une seconde profitant de la chaleur de sa paume. c’est pas une affaire d’état, tesoro, c’est juste une affaire qui ne me plaît pas tu vois... doux baiser sur ton front suivi d'un frisson qui parcourt ta colonne vertébrale. si agréable. si interdit et pourtant tu ne t'es jamais sentie plus en sécurité qu'à cet instant. les mains grossières et rustres de tom n'avaient rien à voir avec la douceur de celles de ton italien. si parfaites. ses bras viennent délicatement te serrer contre lui quand ceux de tom t'intimaient de t'offrir à lui. dis-moi,… il a voulu te forcer ? en une seconde tu te trouves contre lui sur le lit. étrange sensation. vos visages ne sont qu'à quelques centimètres l'un de l'autre. tu peux sentir sa respiration caresser ta peau. ton cœur tambourine dans ta cage thoracique. tu devrais lui mentir mais à quoi bon ? il le saurait. tes doigts viennent caresser sa mâchoire. tes yeux fuient les siens. dedans s'y reflètent ton visage et tu n'as pas envie de le voir différemment qu'habituellement. La façon dont Louka a de te regarder est unique. Tu souhaites qu'elle le reste. tu te redresses doucement et lèves la manche du tee-shirt avec lequel tu t'es endormie pour lui laisser entrevoir une marque. un bleu ayant la forme de la poigne d'une main. sa main qui t'a attrapé avec violence alors que tu cherchais à t'en aller. ton visage s'obscurcit. tu ne veux pas relever les yeux et y voir de la douleur. pas à cause de toi. tu soulèves ensuite tes cheveux que tu as détaché avant de te glisser dans le lit de ton italien quelques heures plus tôt. autre marque. souvenir de son autre main qui a cherché à te plaquer contre le mur à plusieurs reprises. gestes qui sur le coup était irréfléchis sans doute. l'alcool a dû aider mais gestes qui aujourd'hui font que ton corps te paraît meurtri. il n'est pas allé plus loin. tu as réussi à t'en défaire bien assez tôt. je ne veux plus qu'on parle de cette histoire. les marques vont s'effacer et le souvenir de ce crétin avec, d'accord ? tu oses enfin relever les yeux. tu sens les larmes monter mais tu n'as pas le droit. tu dois être forte, rayonnante, comme tu l'as toujours été. ça te dit un petit déjeuner au lit ? souffles-tu en te relevant un maigre sourire aux coins des lèvres. ne m'abandonne pas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


minutes, tu peux aussi trouver que je ressemble à : toni mahfud Mon âme liée à celle de : d'un garçon décédé qui m'obsède toujours J'ai posté : 50 messages et je suis là depuis le : 29/08/2018
Louka Di Pasquale
king » what about ohana
passe ta souris sur l'avatar !


MessageSujet: Re: i need you right now • (louka&astrée) fb Lun 24 Sep - 23:09



Tu es tendu, elle se confie, ses lèvres douces embrassent ta mâchoire, mais tu n’arrives pas à te détendre. Tes poings se serrent le long de ton corps. Si tu pouvais, tu serais différent, détacher. Tu serais son ami et pas … tu es obsédé par les gars qu’elle fréquente, il n’y en a aucun qui trouvera grâce à tes yeux. Ton esprit s’éloigne de ton corps, de ta princesse, tu rêves déjà à ce que tu feras à ce petit con quand tu le croiseras. Elle te ramène à elle, il n’y a qu’elle pour calmer tes fureurs comme tes tristesses, elle est reine en ton domaine. Si tes bras l’entourent, tes iris cherchent des réponses, tu lui demandes s’il le con à voulu la forcer et la suite ne te plaît vraiment, mais alors, vraiment pas. Ses doigts frôlent ta peau et si d’ordinaire la sensation t’es agréable, ici tu n’arrive pas à voir autre chose que ses pupilles fuyantes. Qu’est-ce qu’il t’a fait, ma princesse? Elle se redresse un peu, lève sa manche et la peau bleuie de la jeune femme te serre le coeur. Comment est-ce qu’on peut faire ça ? Tu sens le sang circuler dans tes veines, la rage gagne du terrain parce que pour toi il est impossible qu’on pose un doigt sur elle, sur une femme en général, mais elle, elle est à toi. Toi vivant, personne ne pourra lui faire de mal. Le visage de ta douce étoile s’éteint, quelque chose semble se briser quand elle écarte ses cheveux et que ton regard tombe sur de nouvelles marques. Je vais le tuer... menace sérieuse murmurée tandis que tes doigts frôlent sa peau, caresse légère, tu voudrais lui faire oublier, tu voudrais lui montrer qu’un homme ce n’est pas ça, mais tu te contente de faire bonne figure, toujours présent pour elle qu’importe les événements. Les marques vont s'effacer et le souvenir de ce crétin avec, d'accord ? Non. Pas d’accord. Hors de question pour toi d’oublier quoi que ce soit et si tu ne dis rien à la jolie, il n’en reste pas moi qu’il bouffera avec une paille le reste de ses jours ce pauvre con, tu vas lui refaire le portrait et s’il sait marcher, il pourra s’estimer heureux. Tu sais ce qui me dit ? T’es trop proche, son regard sur toi, tes bras autours d’elle, tu l’attires un peu plus contre toi pour la rassurer. C’est toi qui a besoin d’être rassurer, t’as besoin qu’elle soit avec toi, qu’elle soit à toi, mais t’as surtout besoin qu’elle le sache. On se barre ? On s’fait un week-end, juste toi et moi, quelque part loin d’ici, j’ai envie de bouger… et j’ai envie que tu sois avec moi ! Elle se redresse un peu plus tout en s’échappant de tes bras. Tu n’as pas envie de la voir partir, tu veux qu’elle reste, ça serait à refaire tu ne la réveillerais pas, tu la garderais dans tes bras et tu la regarderais sortir elle-même de son sommeil. Tu te redresses pour prendre à nouveau son visage entre tes mains, un sourire plus que sincère sur les lèvres Te amo principessa, tu le sais ? T’es ce que j’ai de plus précieux et je ne laisserais rien t’arriver, jamais, je te le jure. Pourtant t’étais pas là cette nuit, si tu l’avais été rien de tout ça ne serait arriver. Tu te sens coupable. Terriblement coupable, mais ce n’est pas ça qui va t’aider, qui va la protéger à l’avenir, non, mais ta promesse tu vas la tenir quoi qu’il t’en coûte.

★★★

broken soul
the sirens were dangerous creatures, who lured nearby sailors with their enchanting music and voices to shipwreck on the rocky coast of their island

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
passe ta souris sur l'avatar !


MessageSujet: Re: i need you right now • (louka&astrée) fb

Revenir en haut Aller en bas

i need you right now • (louka&astrée) fb

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Premier badge? Eh bah non... (avec May et Louka)
» Le départ (pv: Louka, Sacha)
» [M] LIAM HEMSWORTH ∞ (Louka) au choix Hawkins
» début de l'aventure (avec May et Louka)
» louka + l'avenir derrière nous et l'univers entier.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twin Soul One Time :: Les champs Élysées :: Quartier résidentiel :: Berge de Pontos-